Réfugiés à Ramsgate, Middelbourg et Sluis

Tous trois déjà quadragénaires, les fils de Charles van Outryve d’Ydewalle (1840-1876) ne sont pas appelés à rejoindre l’armée belge à l’entame de la guerre 1914-18.
Dès août 1914 Stanislas, Emmanuel et André d'Ydewalle, qu'accompagnent épouses et enfants, quittent précipitamment leurs propriétés et se réfugient en Angleterre. Leur maman, Marie Aronio de Romblay, les y accompagne.
Les britanniques accueilleront à cette époque quelque 250.000 réfugiés belges.

Les d’Ydewalle trouvent de quoi se loger à Ramsgate, et espèrent comme tout le monde que la guerre prendra fin quelques mois plus tard. 

Ils résideront durant près d’une année dans le Kent avant de s’établir en Zeelande.
Les ménages d’Emmanuel et d’André s’installeront respectivement à Sluis et à Middelbourg jusqu’à la fin des hostilités.
Seul Stanislas, son épouse et leurs huit enfants obtiendront un laisser-passer qui leur permettra de rentrer au pays dès août 2015.

Sa sœur Marie-Thérèse et son mari Emmanuel de Meester s’étaient établis après leur mariage à Anvers. Ils ne rejoignirent pas leurs cousins en exil.
La plupart des propriétés de la famille seront occupées par l’armée allemande jusqu’à la fin du conflit. Seule exception, Peereboomveld abrita Stanislas d'Ydewalle et sa nombreuse famille, ainsi que sa mère Marie Aronio de Romblay. Plusieurs moines de l’abbaye de St. André, qui avait été réquisitionnée par l’Occupant, y trouvèrent également refuge.

Nous disposons de différents témoignages concernant la manière dont nos ascendants ont vécu ces années de guerre, au nombre desquels le ‘Journal d’Angleterre’ de Stanislas d’Ydewalle, le ‘Journal de Maria van Outryve d’Ydewalle’ (née de Vrière), et les ‘Carnets de guerre’ d’André d’Ydewalle.
Citons également l’ouvrage ‘La vie à Tudor’ publié en 1985 à l’initiative de Jacques d’Ydewalle. L’auteur consacre deux chapitres à la fuite de ses parents en Angleterre, ainsi qu’à Tudor occupé par l’armée allemande.

Témoignages de ces années d'exil

Concernant le long séjour à Ramsgate (août 1914-juin 1915), différents écrits témoignent de l’étroite symbiose entre les trois ménages d’Ydewalle et la grand-mère Marie Aronio, réfugiés ensemble dans cette petite ville du Kent.
Ramsgate comptait à l’époque de nombreux réfugiés belges. La famille fréquentait assidûment St. Augustine’s Abbey, une abbaye bénédictine locale qui recevait de temps à autre la visite de moines venus de St. André, porteurs de nouvelles fraîches du pays.

Nos membres sont invités à prendre connaissance, dans le n°29 du Bulletin familial, de brefs extraits des ‘Carnets de guerre’ d’André d’Ydewalle, qui évoque ces années d'exil.
Le 'Journal de Maria van Outryve d'Ydewalle' (née de Vrière, épouse d’André), décrit la même période au départ d’une sensibilité plus féminine.

'Those poor Belgians'

L'accueil des réfugiés belges à Ramsgate est évoqué dans diverses publications locales, et notamment dans un article disponible en ligne sous le titre ‘Ramsgate remembers 14-18’ (document ‘Those poor Belgians’).

Hugues d'Ydewalle