Nous reproduisons ci-dessous, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, la première partie d’un article paru dans le numéro 7 du périodique Rate One – 360° paru en avril 2019.

 13A Ridder Livin d Ydewalle RQui entend le nom du Chevalier Liévin van Outryve d’Ydewalle, pense immanquablement à l’art sculptural.

Des sculptures en acier inoxydable : des chevaux polis, des femmes élégantes dans le vent, mais surtout des oiseaux, parfois dépliés comme l’origami. Et non, pas par hasard des oiseaux. Voler, Liévin a cela dans le sang, le sang bleu, longtemps comme pilote, plus tard dans son art. Ses sculptures éveillent le rêve ancien de l’homme, le rêve de pouvoir voler un jour.

Départ en vol

Tout commence, comme toujours, par un merveilleux rêve de jeunesse. «Des oiseaux volant dans tous les sens, cela m’a toujours fasciné», raconte Liévin. «L’aise et la grâce de leurs vols, la liberté de leur migration vers le sud… Je ne suis pas ornithologue, non. D’ailleurs, je me serais sûrement senti restreint dans ma curiosité de comprendre comment ces oiseaux conquièrent le ciel. C’est pourquoi, j’ai voulu apprendre moi-même à voler, à connaître ce sentiment de décoller, de planer, de découvrir.» C’est à un petit aérodrome à Knokke, près du Zwin, que Liévin a fait son baptême de l’air. Et, c’est en survolant la réserve naturelle proche, entouré du battement d’oiseaux à plumage multicolore, qu’il a désiré aller plus loin. Mais un brevet de pilote supérieur demande beaucoup d’heures de vol et voilà pourquoi il a commencé à voler le long de la côte belge avec de la publicité aérienne à bord d’un ancien Tiger Moth, un biplan. Le pilote brave le temps et le vent dans un appareil ouvert sans radio de bord ni de freins. Les pièces tiennent ensemble au moyen de cordes et de fil de fer. Le truc crachote, le moteur pétarade, le train d’atterrissage arrière est une béquille façonnée… «Un vieil avion tout bringuebalant », rit-il. «Pour démarrer l’hélice, il fallait cogner sur une boîte noire mystérieuse.»

Par-dessus les continents, à vol d’oiseau

Une fois ses études d’agronomie terminées, Liévin entame son service militaire à l’école de pilotage à Gossoncourt. Il s’y entraîne sur SV4, un biplan, «ce qui est essentiel pour exercer la seule chose que l’homme ne peut pas faire spontanément : voler», pose Liévin. Au Congo, à la base de Kamina, il reçoit une formation plus poussée sur T6 Harvard. «À bord de cet appareil, j’ai même gagné un trophée lors d’un concours de voltige aérienne», rit-il avec fierté. «Un piston dans lequel mon nom était gravé.» Retourné en Belgique, Liévin vole d’abord sur Meteor 7 et 8 à Brustem. Ce dernier appareil disposait d’un siège éjectable «qui était tellement puissant que quiconque l’a jamais utilisé, s’en souviendra toute sa vie». Plus tard, Liévin vole à Kleine-Brogel sur F-84F Thunderstreak. Ensuite, pendant plusieurs années à Florennes sur le même type. C’est le début de sa carrière de pilote de chasseur-bombardier à travers toute l’Europe, de la Norvège à la Turquie.

Bush pilot

 13 Livin jachtpiloot REn 1966, Liévin échange la Force aérienne belge contre l’aviation civile, plus particulièrement Air Congo. Il pilote des types plus légers comme le Baron B55 ou le D18, aussi dénommés Petits Porteurs. «En réalité, j’étais un bush pilot», dit Liévin. «Je volais d’un village à l’autre, d’une aventure à l’autre, presque comme un rite.» De 1966 à 1976, Liévin est commandant de bord sur des appareils toujours plus grands, comme le Douglas DC-3 et DC-4, le Fokker 27, la Caravelle, le DC-8 et le Super DC-8 pour finir même sur un Boeing 737. Ce ne sont pas les appareils en soi qui l’ont impressionné, mais bien les vols plus périlleux, «comme la fois où un de mes moteurs de mon DC-8 a pris feu au-dessus du désert.» Quand, en 1971, le Congo devient la République du Zaïre, Air Congo change aussi son nom en Air Zaïre. Plus d’une fois, Liévin assurera la fonction de pilote du président Mobutu. Vus depuis le ciel, les paysages congolais sont fascinants et chaque vol s’accompagne d’une histoire inoubliable. Mais toutes ces heures de vol, des milliers, deviennent difficiles. Et Liévin se pose des questions existentielles… Est-il prêt pour un changement de décor ? Ou, comme il philosophe lui-même : «Donner une autre dimension aux années qui filent comme des comètes» ?

Un oiseau rare

 13 Livin Atelier RÀ travers les années, Liévin a créé un lien étroit avec les Manouches. Ces ferrailleurs errants apparentés aux Roms lui apprennent à travailler les différents métaux. C’est surtout l’acier inoxydable qui acquiert sa préférence. Peu à peu, il réussit à faire ce qu’il veut de ce métal froid. «C’est une matière peu utilisée dans l’art figuratif,» explique-t-il avec passion, «mais dans ma tête, je le modèle en n’importe quoi. L’acier inoxydable est docile, mais demande quand même de l’énergie pour le braver.» L’acier inoxydable brut est poli à la main pour qu’il réfléchisse comme un miroir. «Réfléchir,» explique Liévin, «dans les deux sens du verbe.» A ces rencontres avec les Manouches il garde une passion pour la prestidigitation. Depuis 1982, Liévin expose ses œuvres, aussi en France et aux Pays-Bas, et oui même en Australie ! Bien que le commerce ne soit pas tellement son truc. «Je veux être artiste, à l’ombre. Raconter une histoire, inspirée par un lien entre l’esprit et les mains.»

 13 Livin kunstwerk RDans ses sculptures, Liévin oppose l’aspect figuratif au surréalisme, à travers les temps, de l’Antiquité grecque au futurisme. Ses sculptures flamboyantes, et surtout ses figures d’oiseaux, semblent voler à l’envers. Son Ikaros, marquant l’entrée de l’Ikaros Business Park à Zaventem, reflète ainsi toute sa vie. Bien que Liévin van Outryve d’Ydewalle, modeste comme il est, ne soit pas l’homme à voler avec audace trop près du soleil. «Dans mon jeune âge,» rêvasse cet octogénaire, «la virtuosité des oiseaux me faisait rêver de pouvoir voler un jour comme eux. À travers les années, comme dans un univers parallèle, j’ai appris à devenir leur pareil à l’aide de mes mains. Une ligne droite est une ligne dont les bouts se rencontrent… La boucle est bouclée.»

-> Sommaire du Bulletin n°30