Eline van Outryve d'Ydewalle, fille d’Arnaud et d’Isabelle Simonis, petite-fille de Marc et Nicole, arrière-petite- fille de Léon et Ghislaine de Schietere de Lophem, nous communique son témoignage au retour de la visite d’une projet humanitaire aux Philippines.

Chers Cousins,
 
Pendant le mois d'août 2018, j'ai eu la grande chance de partir à Hong Kong et aux Philippines avec la Fraternité de Tibériade située à Lavaux-Sainte-Anne afin de découvrir l'ONG que cette communauté a créée. Elle apprend aux Philippins à devenir de plus en plus autonomes afin de pouvoir gérer eux-mêmes cette ONG. C'est dans ce magnifique cadre que j'ai pu faire une expérience inoubliable et c'est pourquoi je tiens à vous la partager.
 
Accompagnés de Frère Emmanuel ( della Faille de Leverghem), nous avons eu l’occasion de participer pendant 5 jours à la rencontre œcuménique de Taizé réunissant toute l'Asie à Hong Kong. Nous avons fait des rencontres très touchantes de jeunes, surtout des chinois, ne pouvant pas pratiquer leur foi librement dans leur pays. Cela nous a permis de nous rendre compte de la chance qu'on a de pouvoir participer à la messe sans se cacher, de pouvoir exprimer ouvertement nos opinions,...
 
12 Eline projet humanitaire webEnsuite, nous sommes partis pour les Philippines où nous avons retrouvé d'autres jeunes belges. Arrivées à Sapang, le petit village où se trouve l'ONG de Tibériade, j
J'ai été doublement frappée :
     D'une part, on a été plongé dans l'extrême pauvreté de ce petit village. En effet, certaines "maisons" sont composées uniquement de bâches et de tuiles, les enfants sont livrés à eux-mêmes dans les rues dès leur plus jeune âge,...
     D'autre part, la joie débordante des habitants, en particulier celle des enfants, nous a touchés. Dès que nous sommes arrivés sur l'île, les enfants avaient avec des sourires jusqu'aux oreilles accourraient vers nous pour nous dire bonjour et nous faire des câlins.
 
Cela m'a fait réfléchir : comment ces personnes qui n'ont rien de matériel peuvent être aussi remplies de joie? Une seule réponse me parait possible : les Philippins trouvent cette joie dans leur foi ancrée en Dieu. C'est Lui qui leur donne le courage et le sourire pour vivre chaque jour dans la paix et l'enthousiasme.
En Europe, notre quête du bonheur se résume à la consommation, mais sommes-nous plus heureux en achetant toujours plus? Je peux affirmer que cela n'est pas le cas et les Philippins en sont un exemple.
 
Quand nous étions sur place, nous avons aussi eu la joie de réaliser certains projets comme la création d'un filtre à eau, le recyclage de vieux plastiques pour en faire un matelas, la réparation de vieux vélos afin de permettre à certains enfants d'aller à l'école, la réalisation d'une fresque sensibilisant au recyclage,...
 
En fin de séjour, nous avons aussi eu l'occasion de nous rendre dans les bidonvilles de Manille avec une association française dont la mission est de lire des livres aux enfants vivant dans des conditions difficiles. On étaitNous étions tous en état de choc en arrivant : les personnes étaient toutes les unes sur les autres, les enfants n'avaient pas tous de quoi se vêtir, les mouches et les moustiques étaient présents en masse, le terrain de jeux des enfants se trouvait au sommet d'un tas de déchets,... Mais, encore une fois, ces enfants rayonnaient et venaient tous vers nous sans que la frontière de la langue ne soit un problème.
 
Bref, ce mois d’août 2018 s’est révéléétait incroyable, merveilleux, riche en émotions, rempli de joie, révoltant face à cette injustice riches/pauvres, renversant, bouleversant mais surtout INOUBLIABLE!
  
Encore un tout grand merci à Tibériade d'avoir eude m’avoir offert la chance de vivre cela et je vous souhaite à tous, Chères Cousines, chers Cousins, de pouvoir aussi partir et voyager dans le monde afin de vous rendre compte de toutes les belles choses qui s'y vivent!

-> Lien vers le sommaire du Bulletin n°29